Journée-internationale-des-langues-des-signes-abaenglish

Le langage des signes et l’anglais

Cette année, la journée mondiale des sourds aura lieu le 23 septembre. Il s’agit d’un événement important qui a pour objectif de conscientiser sur l’importance de l’intégration de la communauté sourde et sur la culture et le monde des sourds.

Malheureusement, il existe beaucoup de concepts erronés au sujet du langage des signes. Par exemple, nombreux sont ceux qui croient qu’il s’agit d’une langue unique pour toute la communauté mondiale alors que d’autres se demandent si l’on peut considérer comme un langage authentique. Voyons ensemble quelles sont les principales caractéristiques de ces langages, en nous centrant principalement sur ceux qui les parlent dans les pays anglo-saxons.

Langage des signes et langue parlée

Le langage des signes est une langue réelle qui requiert des facultés expressives et communicatives similaires à celles requises pour les langages parlés. Les scientifiques ont démontré que les circuits cérébraux qui président la construction des phrases dans le langage parlé et dans le langage des signes sont essentiellement les mêmes, malgré la différence des voies neuronales impliquées dans l’articulation.

Comme dans le cas d’une langue parlée, les enfants apprennent les rudiments de la langue en observant et interagissant avec les personnes qui les entourent et au moyen de diverses tentatives qui conduisent à un apprentissage naturel qui n’inclut pas de règles grammaticales et de ponctuation. En outre, tout comme les langues parlées, les langages des signes évoluent naturellement à travers l’usage et l’interaction sociale entre les personnes.

Un exemple est le développement d’un langage des signes au Nicaragua dans la première école pour sourds, inaugurée en 1980. Les étudiants qui jusqu’à présent avaient été isolés de la communauté des sourds, se sont soudain retrouvés et ont développé une espèce de pidgin du langage des signes qui s’est transmis naturellement aux nouvelles générations, au point que l’on a exigé au gouvernement de le reconnaître comme langue officielle et standard, reconnaissant son vocabulaire et sa grammaire. C’est ainsi qu’est né le langage des signes du Nicaragua.

Même là où il n’existe pas de langage des signes reconnu, il n’est pas rare de voir se développer dans les écoles pour sourds des argots juvéniles ou d’authentiques dialectes de ces langues. Au Sri Lanka, par exemple, chaque école a son propre langage des signes ! En résumé, même pour le monde des sourds, le langage est une véritable Babylone.

Mais existe-t-il un lien entre le langage des signes et la langue parlée ? Pas nécessairement. Les pays où l’on parle la même langue, comme par exemple l’anglais, peuvent avoir des langages des signes complètement différents. Cependant, cela n’exclut pas le fait que le langage des signes puisse développer une certaine relation avec la langue parlée du lieu, car les personnes sourdes lisent les textes de cette langue et les comprennent et cela peut inévitablement influencer leur manière de penser et de s’exprimer. Mais les manières avec lesquelles cela a lieu sont très complexes et sont majoritairement un mystère.

Les langages des signes dans les pays anglo-saxons

Comme nous l’avons dit auparavant, il existe plusieurs variétés de langages des signes, et les pays anglo-saxons ne sont pas une exception. En général, ces langues s’identifient avec un acronyme (sigle qui comporte les initiales des mots qui forment une expression). Voyons ensemble les principaux langages des signes des pays où l’on parle anglais.

Aux États-Unis, les principaux langages des signes sont au nombre de trois :

  • Langue des signes américaine (ASL)
    Il s’agit d’une langue officielle aux États-Unis, avec une grammaire et un vocabulaire indépendant de l’anglais. Elle est assez connue dans le monde et elle utilise un alphabet avec une seule main.
  • Pidgin de la langue des signes américaine (PSE)
    C’est le langage des signes le plus utilisé aux États-Unis, y compris parmi les enseignants. Le vocabulaire est issu de l’ASL, mais les structures grammaticales et les séquences de mots sont prises de l’anglais.
  • Anglais correct des signes (SEE)
    Il s’agit d’une version « avec des figurines » de l’anglais. Les signes sont issus de l’ASL, mais le reste de la langue est une fidèle traduction de l’anglais aux signes. C’est une langue très riche d’un point de vue structurel et lexical et son usage est encouragé entre les parents des enfants sourds.

Le langage des signes de Grande-Bretagne est la BSL. Il s’agit d’une langue officielle qui possède beaucoup de dialectes et qui utilise un alphabet de deux mains

En Australie, le langage des signes se nomme Auslan. Ce dernier a deux dialectes principaux : celui du nord et celui du sud. Il est surtout relié avec la langue des signes britannique et néo-zélandaise et il a peu de points communs avec la langue des signes américaine.

En Nouvelle-Zélande, le langage des signes le plus parlé est le NZSL, reconnu comme langue officielle en 2006, avec le maori et l’anglais.

Vient ensuite le BANZSL, le langage des signes britannique, australien et néo-zélandais. Son nom a été consacré par Trevor Johnston et Adam Schembri. Il s’agit d’une langue officielle dont la BSL, l’Auslan et le NZSL peuvent être considérés comme des dialectes.

En Irlande, on utilise le langage des signes irlandais (ISL), principalement diffusé en Irlande du Nord et relié aux langues des signes américaines et françaises. Cependant, ce langage n’a pas de relation avec l’anglais parlé et avec les langues irlandaises. Il s’agit d’un langage très ancien (il existe depuis des centaines d’années) qui a été exporté par les immigrants irlandais et les missionnaires catholiques vers les communautés sourdes de différentes parties du monde.

Lorsque nous nous exprimons dans une langue, qu’il s’agisse d’un langage des signes ou d’une langue parlée, il est nécessaire de connaître non seulement la grammaire et le vocabulaire, mais également la culture transmise, ses nuances et son expressivité. Si tu veux bien apprendre l’anglais, il est important de ne pas sous-estimer ces aspects. Pour cette raison, le cours d’ABA English accorde l’attention nécessaire non seulement aux règles grammaticales de l’anglais, mais également aux accents et aux spécificités de l’anglais parlé dans diverses parties du monde. Pourquoi tu n’essaies pas notre cours en ligne ?

OK, je veux voir un court-métrage !
OK, je veux essayer le cours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *